Soyez la bienvenue sur le blog de Julien DEMBELE

Are you ready to change the way you live?


"Humanity already possess the fundamental scientific, technical, and industrial know-how to solve the carbon and climate problems..."
Stephen Pacala and Robert Socolow

mercredi 28 août 2013

"I have a dream" Planter des arbres est une bonne solution

En ce jour 50ème anniversaire  de la célèbre et valeureuse phrase de Martin Luter King « I have a dream » ; hommage à lui, moi aussi «I have a dream », c’est-à-dire que moi aussi j’ai eu un rêve.
J’ai eu ce rêve que, tous sur la terre, nous avons compris que notre environnement est menacé, et par conséquence nos vies aussi. J’ai eu ce rêve où, nous avons compris que nos vies sont menacées parce qu’il y a le réchauffement climatique, la déforestation qui persiste, il y a ces tas de polluants dans l’environnement et dans l’atmosphère. J’ai ce rêve où nous avons compris que planter des arbres est une des solutions pour arrêter la menace.
Cet t’acte de planter un arbre, certains le posent dans un but politique. Ce n’est pas dans ce sens qu’il faudrait valoriser son acte ; l’acte d’accompagner le ministre ressortissant de la province, ou le député de la région, ou le maire de la commune, etc. à une séance de reboisement, ne doit pas cacher la raison véritable pour laquelle nous avons mis un plant en terre. C’est ce qui se vie en cette période d’hivernage dans certains pays africains. Il suffit de s’assoir devant son petit écran à l’heure du journal ou bien d’ouvrir sa page des médias internet pour le vérifier, car les dites cérémonies ont des couvertures médiatiques à la hauteur des personnalités. Sinon que, je peux trouver mon jeune plant et aller le mettre en terre, tout seul sans des camera tout au tour.  Bien sûr que l’initiative des autorités est exemplaire, et d’ailleurs un devoir pour eux en tant que leader d’opinion.
En réalité, ce pourquoi nous plantons les arbres s’explique dans les lignes qui suivent. Il y a que végétation, polluants atmosphériques et réchauffement climatiques sont inter-liés.
Les polluants atmosphériques sont représentés par des gaz, de particules en suspension, les radiations ionisantes et le bruit. Les gaz sont représentés par les formes oxydées et réduites du carbone (CO2, CO, CH4), de l’azote (NO2, N2, N2O4, NH3, NH4+), des vapeurs de SO2, O3, C6H6, du Hg, etc. Les particules en suspension sont les PM10, les PM2,5, les métaux lourds toxiques (Pb, Ni, Cd, As), les composés aromatiques polycycliques, etc.
Les polluants atmosphériques on un impact négatif sur les plantes ; ils peuvent avoir un effet toxique direct ou indirect en changeant le pH du sol, suivi d’une solubilisation des sels de métaux toxiques comme l’aluminium. Les particules de matière (PM) ont un effet mécanique. Elles couvrent les feuilles des arbres et entrainent ainsi une pénétration de la lumière et en bloquant l’ouverture des stomates (orifices par lesquels les plantes réalisent les échanges de gaz avec le milieu extérieur). Cet obstacle influence fortement le processus de la photosynthèse qui diminue brusquement.
La végétation joue un important rôle positif dans la purification de l’atmosphère et la réduction des polluants de l’air.
Les premiers producteurs représentés par les plantes sont un maillon important du cycle biogéochimique. La végétation fait des échanges avec une partie des gaz de l’atmosphère à travers la photosynthèse et le processus de respiration.
Les plantes jouent un rôle important dans la réduction du CO2 atmosphérique par la photosynthèse. Cette réduction du CO2  participe à la réduction des gaz à effet de serre  et de leurs effets sur le changement climatique, car le CO2 ou gaz carbonique est un des principaux gaz à effet de serre. Le carbone stocké dans les plantes est le résultat de la balance entre le carbone fixé par photosynthèse et le carbone rejeté dans l’atmosphère par la respiration. Dans ce contexte, si la structure de la végétation est complexe, le stock de la carbone dans la biomasse végétale sera important et la duré de stockage sera longue. Quand nous comprenons cela, planter ne devient-il pas un reflexe ? 
Les arbres sont également plantés pour réduire l’intensité des radiations ionisantes et du bruit dans différentes zones urbaines ou industrielles. L’existence de la végétation dans une zone crée un microclimat où la différence de température entre le jour est régulée. Ceci prévient  la survenue de températures chaudes qui stimulent la production de polluants volatiles dans l’atmosphère.
Ne nous lassons donc pas de planter et de planter encore !
Je trouve ce rêve bien beau ; faisons-le se réaliser !
Par Julien DEMBELE M.sc Environmental Toxicology-Food Technology-Nutrition